Compression audio : le guide facile à suivre

Note: Cet article invité a été rédigé par Jonas John. Merci Jo :)


Vous avez mis en place votre stratégie de mixage audio. Vous comprenez le principe d’un égaliseur de son. Continuons dans votre quête de devenir un mixeur averti. Parlons de…

La compression audio

how-file-compression-works

En mixage audio, s’il y a un outil qui est difficile à maîtriser, c’est bien le compresseur audio. A quoi sert un compresseur ? le ratio c’est quoi ? Les débutants sont très vite perdus.

Mais la solution est simple, il n’y a que 5 paramètres qui comptent, quand on parle de compression audio :

  1. Le ratio,
  2. le threshold (seuil)
  3. l’attaque
  4. le release (relâche)
  5. et le gain

Dès que vous comprenez à quoi sert chacun de ces paramètres, le compresseur audio deviendra un outil incontournable.

Pour maîtriser la compression, le chemin est long. Mais en quelques minutes, en comprenant à quoi sert chaque paramètre, vous aurez parcouru 80% du chemin.

Intéressé ? Que diable attendez-vous ?! Continuer à lire.

Les 5 paramètres de la compression audio

1. Le threshold, le seuil où tout se passe

Le threshold est le seuil auquel le compresseur commence à intervenir.

Si on règle le threshold à -10dB, le compresseur n’affectera pas le son si le volume est inférieure à -10 dB. Par contre dès que le volume franchi les -10 db, le compresseur commence à faire effet.

compression audio-thresholdSur l’exemple ci-contre, l’onde verte correspond à la visualisation du son d’une grosse caisse. La ligne horizontale bleue est le threshold (le seuil). Dans notre cas, le threshold est à -15 dB. Le compresseur ne traite que ce qui dépasse du seuil. Il ne fonctionnera donc que lorsque le son dépasse les -15 dB.

La première chose à faire lors de l’utilisation d’un compresseur, c’est de régler le seuil de fonctionnement du compresseur, le threshold.

Si le threshold est trop bas, le volume sera compressé tout le temps, donnant un son contre nature. Bien que parfois, c’est l’effet recherché. Mais dans la plupart des cas, c’est ce qu’on cherche à éviter.

La tâche principale d’un compresseur, c’est de capturer les « pics » de son et les réduire afin de rendre le volume plus constant ou éviter la saturation. [NdE : en ce sens, on peut comparer le compresseur à un tube de sûreté pour les chimistes]

Si le threshold est trop haut, le compresseur ne fera rien.

2. Le ratio

Pour comprendre le ratio, il faut d’abord comprendre le rôle d’un compresseur audio. Comme son nom l’indique, un compresseur audio compresse le son. Quand un son dépasse un certain volume en décibel (défini par le paramètre du threshold), le compresseur réduit le son. Le ratio détermine le niveau de réduction du volume.

Par exemple :

Le threshold du compresseur est à -9dB avec un ratio de 2:1. Imaginons que le son dépasse le threshold de 10dB. [NdE : le son est donc à +1dB, autrement dit : il y a des chances pour qu’il sature.] Avec un ratio de 2:1, le son sera réduit par un facteur de 2. Soit :

10/2= 5dB

Le son ne sera plus que de 5dB plus fort par rapport au threshold (seuil). [NdE : En toute logique, le son passe à -4dB, ce qui est très bien. Il n’y aura pas de saturation.]

 

Un autre exemple :

Le threshold (le seuil) du compresseur est à -8 dB. Le ratio est à 4:1. Imaginons que le volume du son dépasse le threshold de 20dB. Avec un ratio de 4:1, le son est réduit de 20/4= 5dB. Par rapport au threshold, le volume du son ne sera plus que de 5dB plus fort et non plus 20dB.

compression audio - ratio

Cliquez pour agrandir

En résumé :

Le ratio détermine le niveau de réduction de volume. Le ratio fonctionne que lorsque le volume du son dépasse le threshold.

Donc après avoir réglé le threshold, on choisit un ratio de réduction de volume.

Un ratio de 1:1 est neutre, il ne change pas le signal.

Ci-dessous, la visualisation du ratio et du threshold avec le son d’une grosse caisse

  • En vert, le son d’une grosse caisse
  • La ligne horizontale bleue, le threshold à -15dB
  • La ligne bleue oblique, un ratio de 4:1

 

compression audio-threshold et ratio

3. L’attaque :

A ce stade, le threshold est réglé pour capturer les pics de votre signal audio. Le ratio est lui aussi en place. Mais qu’arrive t-il au son quand le compresseur se met en marche ? Le volume est-il réduit instantanément ?

Le temps d’attaque est le temps que mettra le compresseur à réduire le volume.

Si l’attaque est réglé sur 10ms (millisecondes), le compresseur mettra 10ms à pleinement être en marche. [NdE : De 0 à 10ms l’effet du compresseur apparaîtra en fait progressivement, en fondu, sur le son.]

compression-audio-attaqueLe temps d’attaque joue une grande différence. Il diffère par rapport à l’instrument. En règle générale, c’est mieux d’utiliser un temps d’attaque assez lent (40ms).

Avec une attaque rapide, les transients du son (ce qui constitue la singularité d’un son) sera compressé. Avec une attaque plus lente, on laisse intacte le son d’origine et ne compresse que la longueur d’un son.

Pour les voix, c’est différent. Une attaque entre 2 et 15 ms est préférable.

 

4. Le release (temps de relâche)

compression-audio-releaseUne fois que le signal audio repasse sous le threshold, le release définit le temps que met le compresseur à  ne plus faire son effet et à ramener le volume du son à la normale.

Attention, si le release est trop rapide, le son ne sera pas du tout naturel. Si, au contraire, le temps de relâche est trop lent, le compresseur ne fonctionnera jamais.

Il n’y a pas de nombre magique. Il faut faire confiance à vos oreilles. Il est bien de commencer aux alentours des 60ms et de trouver le bon temps à partir de là.

5. Le gain

Un compresseur réduit le volume du signal. Pour compenser, on utilise le gain. Ca a pour effet d’augmenter le volume qui sort du compresseur.

Le gain-in correspond au volume du son qui entre dans le compresseur.

Le gain-out, correspond au volume du son qui sort du compresseur.

compression-audio-gainLe plus souvent, on augmente le gain-out pour que le volume du son qui sort du compresseur, soit égal au volume du son qui entre dans le compresseur.

Bien sur, on peut augmenter le gain-out bien plus fort que le gain-in, pour que le son soit bien plus fort que le son original.

C’est une autre raison d’utiliser un compresseur. Parce qu’on réduit le volume des pics, on peut augmenter considérablement le volume général du signal audio sans que ça sature.

En résumé

Comprendre la compression audio demande du temps . Il y a 5 paramètres :

  • le threshold : c’est le seuil a partir duquel le compresseur se met en marche.
  • Le ratio : c’est le niveau de réduction du son. Nombre de decibel au dessus du threshold divisé par ratio. Ex : le son dépasse de 10db le threshold. Le ratio est de 2:1. Le son ne sera plus que de 10/2= 5dB au dessus du threshold
  • l’Attaque : c’est le temps que mettra le compresseur à réduire le volume. En général, environ 40ms pour les instruments, 6ms pour les voix
  • Le release : Après que le signal audio passe sous le threshold, c’est le temps que met le compresseur à ramener le volume du son à la normale. 60ms est un bon point de départ pour les instruments et voix.
  • Le gain : permet de régler le volume avant (gain-in)et après (gain-out) le compresseur. Le plus souvent, on augmente le gain-out pour que le volume du son qui sort du compresseur, soit égal au volume du son qui entre dans le compresseur.

 

Quelques astuces : la partie la plus intéressante ;)

  • Il est préférable d’utiliser des effets subtils de compression sur plusieurs pistes (guitare, synthé, voix) qu’un gros effet de compression. Les effets de compression s’additionnent rapidement.
  • On peut compresser la grosse caisse et la basse ensemble pour avoir un volume constant.
  • Un compresseur n’aime pas trop les fréquences basses. Il est préférable de mettre un égaliseur de son avec un filtre passe haut avant votre plugin de compression.
  • Un son plus fort semble toujours mieux. Pour comparer votre effet de compression au son original, vous devez faire en sorte que le gain-in soit égal au gain-out. [NdE : on parle bien d’égaliser les niveaux des faders et non des niveaux des sons entrant et sortant]
  • Enfin, utiliser cet article comme point de départ, en apprenant à faire confiance à vos oreilles.

 

Pour aller plus loin

light-bulbCet article est le troisième d’une série sur la thématique du mixage audio. C’est une nouvelle catégorie sur le blog du compositeur. Si le mixage audio vous intéresse, on se propose de vous écrire plus de contenu sur cette thématique ! Si ça vous branche, dites-le nous dans les commentaires.

De plus, on souhaite écrire des articles sur des sujets précis et qui vous intéresse directement dans cette thématique. Pour ça, je vous propose de répondre à ce sondage pour nous aiguiller sur ce que vous souhaitez lire exactement (comme d’habitude, quoi, pour ceux qui nous suivent). Autant créer du contenu qui vous intéresse, vous trouvez pas ?

Cliquez ici pour nous dire ce qui vous intéresse dans le mixage audio